bonbon

bonbon

bonbon [ bɔ̃bɔ̃ ] n. m.
• 1604 « friandise »; redoublement de bon
1Petite friandise, de consistance ferme ou dure, faite de sirop aromatisé et parfois coloré (confiserie; berlingot, caramel, dragée, pastille, praline, sucre d'orge). région. boule, chique. Bonbon fondant. Bonbons acidulés, anglais. Bonbons à la fraise, à la menthe. Bonbon fourré : sucre qui enrobe une pâte de fruit, de la liqueur. Acheter des bonbons chez le confiseur. Offrir une boîte de bonbons. Sucer un bonbon.
Région. (Belgique) Biscuit.
Loc. fam. Coûter bonbon : coûter cher.
2Au plur. Fam. Testicules. Tu me casses les bonbons.

bonbon nom masculin (redoublement de l'adjectif bon) Petite confiserie à base de sucre cuit. En Belgique, biscuit sec. Populaire. Testicule. ● bonbon (difficultés) nom masculin (redoublement de l'adjectif bon) Orthographe Avec un n devant le deuxième b (ce mot est formé par redoublement de bon). ● bonbon (expressions) nom masculin (redoublement de l'adjectif bon) Bonbon anglais, bonbon de sucre cuit aromatisé, gravé de divers dessins et vendu non enveloppé. Populaire. Casser les bonbons, importuner beaucoup. ● bonbon (homonymes) nom masculin (redoublement de l'adjectif bon) bombons forme conjuguée du verbe bomberbonbon (synonymes) nom masculin (redoublement de l'adjectif bon) Bonbon anglais
Synonymes :

bonbon
n. m.
d1./d Petite friandise faite avec du sucre.
d2./d (Afr. subsah.; Belgique, vieilli) Petit gâteau sec.
d3./d (Antilles fr.) Gros gâteau bon marché, qui se vend découpé en portions.
d4./d (oc. Indien) Gâteau ou beignet sucré.
d5./d (Afr. subsah.) Bonbon glacé: bâtonnet de glace faite de sirop coloré et d'eau.

⇒BONBON, subst. masc.
A.— GASTR. Petite friandise à base de sucre aromatisé et généralement coloré, de consistance relativement dure. (Quasi-)synon. sucrerie :
1. Tous les mois, la grosse dame patronnesse en deuil apporte des sacs de bonbons. Il faut des gâteries aux pauvres, d'accord. Mais la donatrice exagère : une moitié de l'argent pourrait être appliquée à des achats de pain; le jour des bonbons je ne cesse de dépoisser avec l'éponge les tout petits qui ressemblent à des oiseaux pris dans la glu; le sucre vous colle partout, aux tables, aux bancs, aux portes. Et puis un fait notoire : dans un quartier besogneux, les enfants sont plus privés de soupe que de confiserie. Parfaitement; il est de mode, par exemple, de faire déjeuner un mioche avec un rogaton douteux, une bribe insuffisante, mais de lui donner deux sous pour acheter des bonbons. Une tartine de saindoux et deux sous de pastilles de menthe, ...
FRAPIÉ, La Maternelle, 1904, p. 183.
2. En revanche, je profitai passionnément du privilège de l'enfance pour qui la beauté, le luxe, le bonheur sont des choses qui se mangent; devant les confiseries de la rue Vavin, je me pétrifiais, fascinée par l'éclat lumineux des fruits confits, le sourd chatoiement des pâtes de fruits, la floraison bigarrée des bonbons acidulés; vert, rouge, orange, violet : je convoitais les couleurs elles-mêmes autant que le plaisir qu'elles me promettaient. J'avais souvent la chance que mon admiration s'achevât en jouissance. Maman concassait des pralines dans un mortier, elle mélangeait à une crème jaune la poudre grenue; le rose des bonbons se dégradait en nuances exquises : je plongeais ma cuiller dans un coucher de soleil.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 11.
SYNT. Bonbons fondants, fourrés; boîte, cornet de bonbons; croquer, manger, sucer des bonbons.
Rem. Au XIXe s., bonbon s'emploie plutôt à la forme partitive invar. du bonbon : avoir/donner du bonbon (cf. Mme DE KRÜDENER, Valérie, 1803, pp. 72-73).
P. compar. :
3. Elle aurait vécu de sucre, les douceurs à la vanille et à la rose la troublaient comme un attouchement.
— Ça nous soutiendra, dit-elle. Et, dans l'antichambre, elle ferma les yeux, lorsqu'il la baisa sur la bouche. Leurs lèvres sucrées fondaient, pareilles à des bonbons.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 215.
4. J'ai mis des années à comprendre que la neurasthénie et les scrupules de maman étaient une gourmandise refoulée, des grignotements d'âme, une délectation secrète comme quand on monte se coucher avec une boîte de bonbons, des dragées aux amandes ou à la pistache, des fondants au chocolat avec de la crème à la frangipane ou une coulée de kirsch au cœur, des marrons glacés, des caramels qui poissent les draps, des pralines.
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 197.
B.— P. anal.
1. [P. anal. de forme] Bonbon ou bonbon fondant, bonbon à liqueur. Furoncle, pustule.
Rem. Attesté dans Nouv. Lar. ill., Lar. 20e et dans les dict. d'argot.
2. [P. anal. de couleur] Rose bonbon. Rose analogue au rose des bonbons, assez fade. Tonalités neutres, effacées (...) rose mourant (...) rose bonbon (MAURIAC, Journal du temps de l'occupation 1944, p. 344).
Rem. 1. Bonbon est (quasi-)synon. de rose chez les Goncourt, Journal, 1893, p. 369 : ce papier rose (...) ce papier-bonbon. 2. En Belgique, il peut signifier « biscuit sec » (cf. J. Deharveng, v. bbg.).
C.— P. métaph. Chose très douce, délicieuse jusqu'à l'excès parfois :
5. Mais ce qui combla d'aise la Poulot, ce qui la fit revenir, un soir, avec le sourire d'une bienheureuse qui aurait entrevu dans une extase le fronton du paradis, ce fut de recueillir quelques détails sur la mort et l'enterrement du petit Lazare. Le reste, assurément, n'était pas à dédaigner, mais cela, c'était la friandise, le bonbon fin, le nanan de sa vengeance! Elle savait maintenant où frapper.
BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 255.
Rem. On rencontre dans la docum. l'hapax bonbonnet, subst. masc. (PERGAUD, De Goupil à Margot, 1910, p. 67 : meringues saupoudrées de bonbonnets multicolores; suff. -et). Petit bonbon. On rencontre également l'hapax bonbonner, verbe intrans. (J. DE LA VARENDE, L'Homme aux gants de toile, 1943, p. 128; dés. -er). Avoir pour habitude, manie de manger des bonbons.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. 2. Forme graph.Ortho-vert 1966, p. 459 note : ,,Dans le corps des mots, on emploie toujours la lettre m au lieu de n devant b, m ou p. Ex. : un plombier, couramment, comparer. Exceptions : bonbon, bonbonne [cf. ce mot], bonbonnière, embonpoint, mainmise, mainmorte, néanmoins, perlimpinpin (avant le dernier p) et les formes verbales terminées par -înmes : nous tînmes, nous parvînmes.``
ÉTYMOL. ET HIST. — [1604, Journal de Jean Héroard sur l'enfance et la jeunesse de Louis XIII (1601-1628) d'apr. Lar. Lang. fr.]; 1640 (OUDIN : Du bon bon « mot d'enfant, quelque chose de bon à manger »); av. 1665 bonbon (Loret dans Trév.).
Redoublement enfantin de bon1.
STAT. — Fréq. abs. littér. :352. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 229, b) 523; XXe s. : a) 841, b) 514.
BBG. — DEHARVENG (J.). Corrigeons-nous. 4. Bruxelles, 1925.

bonbon [bɔ̃bɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1604, « friandise »; redoublement de 1. bon.
1 a Vx. || Du bonbon. Confiserie, sucrerie; friandise en général.
1 L'évêque successeur et neveu (de M. de Chartres) en était pour ainsi dire encore à recevoir du bonbon de sa main (de Mme de Maintenon).
Saint-Simon, Mémoires, 289, 201.
b Mod. Régional (Belgique). Friandise consistant en biscuit sec.
2 Mod. (Un, des bonbons). Petite friandise de consistance ferme ou dure faite de sirop aromatisé. || Une fabrique de bonbons. Bonbonnerie (vx), confiserie. || Bonbons mi-ouvrés. Pastille (de menthe, de Vichy). || Bonbons fondants. || Bonbons acidulés, bonbons anglais.Bonbons cuits ou bonbons durs (syntagmes techniques, non courants). Berlingot, bêtise, caramel, dragée, praline, sucre (d'orge).Bonbons au chocolat. Crotte (de chocolat). || Bonbon fourré : sucre qui enrobe une pâte de fruit, de la liqueur. || Bonbon à la gomme. Boule (de gomme). || Bonbon parfumé à l'anis, au citron. || Bonbon à la menthe. || Une boîte de bonbons. || Boîte à bonbons. Bonbonnière. || Un sac, un cornet de bonbons. || Bonbon enveloppé dans un papier ( Papillote). || Manger des bonbons. || Être gourmand de bonbons. || Se bourrer de bonbons.
2 J'arrangerais une boîte bien garnie de bonbons (…)
Rousseau, Émile, II.
3 D'abord, elles s'assirent par terre, pour manger des bonbons achetés en passant chez le confiseur en vogue de Stamboul.
Loti, les Désenchantées, V, XXXIV, 197.
4 Elle rentra dans la boutique et disparut derrière les bocaux remplis de bonbons anglais qui tordaient leur émail rose contre la paroi de verre (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 358.
Fig. et vx. Un bonbon rose : une personne jeune et insignifiante, dont la vie s'écoule sans soucis.
Loc. mod. Rose bonbon : rose tendre.
tableau Désignations de couleurs.
3 Bonbon noir : morelle noire (plante) à fruits noirs (comparés à des bonbons).
4 Régional (Belgique). Biscuit, petit gâteau.
5 Fig. et pop. a (Fin XIXe). Vx. Furoncle, pustule.
b Mod. Au plur. Testicules.Loc. fig. Casser les bonbons à qqn. Syn. : casser les couilles.
6 Adv.Pop. Ça coûte bonbon, cher (redoublement de bon, dans coûter bon, → Bon, supra cit. 123).
DÉR. Bonbonnerie, bonbonnière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bonbon — Bonbon …   Deutsch Wörterbuch

  • Bonbon — Sn std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus gleichbedeutend frz. bonbon m., einer kindersprachlichen Form (substantivierte Reduplikationsform) des französischen Adjektivs bon gut , dieses aus l. bonus gut . Kollektivum: Bonbonniere.    Ebenso nndl …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • bonbon — BONBON. s. m. Terme de Confiseur. Pâtes, friandises. Il y en a de beaucoup d espèces. Un tel vend toutes sortes de bonbons. Ce bonbon est excellent pour le rhume. [b]f♛/b] On promet du bonbon aux enfans, et ce mot semble tiré de leur langage. Ne… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bonbon — Bon bon , n. [F. bonbon, fr. bon bon very good, a superlative by reduplication, fr. bon good.] Sugar confectionery; a sugarplum; hence, any dainty. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • bonbon — 1796, from Fr. bonbon (17c.), childish reduplication of bon good. Hence, bonbonniere (1818) a box for sweets …   Etymology dictionary

  • bonbon — /fr. bõˈbõ/ [fr. bonbon, reduplicazione infant. di bon «buono»] s. m. inv. confetto, pasticcino, zuccherino, chicca …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • Bonbon — »Süßigkeit, Zuckerzeug«: Das Wort wurde im 18. Jh. aus frz. bonbon entlehnt, einer der Kindersprache entstammenden Wiederholungsform von bon »gut« (vgl. ↑ Bon) …   Das Herkunftswörterbuch

  • Bonbon — (fr., spr. Bongbong), 1) Zuckerplätzchen, dadurch bereitet, daß man zu Caramel eingekochten Zucker auf ein mit Mandelöl bestrichenes Blech gießt u. die noch warme Masse mittelst eines ebenfalls mit Mandelöl bestrichenen Messers in 4eckige Stücken …   Pierer's Universal-Lexikon

  • bonbon — BONBÓN s.n. v. bomboană. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • bonbon — /bɔ̃ bɔ̃/, it. /bom bon/ s.m., fr. [in origine voce infantile, propr. buono buono , riferito a qualsiasi dolciume]. (gastron.) [piccolo dolce] ▶◀ chicca, dolcetto. ⇓ caramella, cioccolatino, confetto, drop, zuccherino …   Enciclopedia Italiana

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”